Sils Maria

Clouds-Of-Sils-Maria-Juliette-Binoche-Kristen-Stewart

CLOUDS OF SILS MARIA, de Olivier ASSAYAS : 8/10
BH : 9/10, BMS : 7/10, EP : 7/10

L’histoire de SILS MARIA est un peu complexe mais il est nécessaire de la connaître pour comprendre les raisonnements proposés par le film :

Wilhelm Melchior est un metteur en scène ayant adapté au cinéma sa propre pièce, Maloja Snake. Cette pièce à permis de révéler une actrice à l’époque inconnue, Maria Anders, dans le rôle de Sigrid.
Dans la pièce, Sigrid, jeune femme de 20 ans charismatique et sûre d’elle, exercera sur Helena une sorte de domination psychologique et sexuelle qui la mènera au suicide.
20 ans plus tard, Maria Anders, maintenant grande actrice internationalement reconnue se rend accompagnée de sa fidèle agent Valentine, à un hommage à Wilhelm Melchior. Le décès récent de celui ci déclenche une vague d’évènements qui mèneront à réaliser le « reboot » de Maloja Snake, mais cette fois ci, avec Maria Anders dans le rôle d’Helena, et Jo-Ann Ellis, appartenant à une nouvelle génération d’actrices, dans le rôle de Sigrid.

Maria Anders et Valentine, entreprennent de répéter ensemble le rôle d’Helena, à Sils Maria, un chalet perdu dans les montagnes. Un lieu d’importance, puisqu’il s’agit de l’endroit ou Wilhelm Melchior à crée la pièce Maloja Snake.

SILS MARIA est un récit passionnant qui contient plusieurs films en son sein :

Celui d’un conflit intergénérationnel dans lequel le lien au Cinéma se fait autant par ce que représente un acteur ou une actrice aux yeux du spectateur, que par son rôle dans un film.
Celui d’une femme quarantenaire qui remet en question son talent et son amour pour le Cinéma, en travaillant avec une nouvelle génération de réalisateurs et d’interprètes.
Une évolution psychologique dépendante du rapport au désir, domination/soumission.

Olivier Assayas nous détaille tout cela en deux heures incroyablement intenses ou ses actrices et lui interagiront pour créer un grand huit métaphysique à la logique fine et sublime.

sils-maria02

Le film d’Olivier Assayas observe et met en parallèle trois générations ;
ce parallèle ne se fait pas directement mais plutôt par plusieurs étapes, mises en abîmes et confrontations.

La génération des idoles, symbolisée dans le film exclusivement par des hommes, Wilhelm Melchior, pastiche d’ Ingmar Bergman, en est le pendant intellectuel, tandis qu’Henryk Wald, acteur charismatique et beau mais plus interprète qu’intellectuel, le versant superficiel.
la génération de Maria Anders, actrice-force de proposition, jouant d’une forte stimulation intellectuelle autant que d’une sensualité psychologique et suggérée.
La jeune génération, celle de Jo-Ann Ellis sorte de croisement entre Lyndsay Lohan pour ses frasques incontrôlables, et Amanda Siefried, pour son apparence publique de fragile et jolie jeune première destinée à une grande carrière, est définie par une accessibilité immédiate et simplifiée, une représentation de l’actrice basée sur le culte du corps, génération YouPorn, une vulgarité masquant une sensibilité à fleur de peau…

Valentine, l’agent de Maria par son look, ses expressions, son aisance avec la technologie, ses goûts, symbolise la jeunesse mature.
Elle comprend parfaitement Maria Anders, la femme, à défaut d’apprécier Maria Anders, l’actrice. Ce qui en fait le lien évident entre les deux générations d’actrices représentées par Maria Anders et Jo-Ann Ellis.

Maria Anders cherche également sa place auprès d’hommes prétendument omnipotents dans leur compréhension de la femme, indirectement représentés par Olivier Assayas.

Les volontés et exigences du public ayant changé en même temps que l’évolution technologique des médias, il s’agit pour Maria Anders de comprendre, puis de s’adapter à ces nouvelles moeurs, pour rester d’actualité.

Le film d’Olivier Assayas, lui réussit à capter l’air du temps via un regard vieillissant mais curieux.
Suite de l’article, sur Le Blog du Cinema

 

Publicités

2 réponses à “Sils Maria

  1. Pingback: Index des films, par note | Les Films de Georgeslechameau·

  2. Pingback: Index des films, par note | Les Films de Georgeslechameau·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s