Mon top 15 – 2013

Avec un peu de retard…

1 – Gravity
2 – La Vie d’Adèle
3 – Spring Breakers
4 – Before Midnight
5 – Inside Llewyn Davis
6 – A Touch of Sin
7 – Django Unchained
8 – L’Inconnu du Lac
9 – La Fille du 14 Juillet
10 – Mud
11 – Le Loup de Wall Street
12 – Shokuzai
13 – Snowpiercer
14 – Upstream color
15 – The Croods

1 – Gravity

Gravity
Le genre de films qui donne envie d’aller s’enfermer en salles, et de kiffer.

Plutôt que de répéter ce que j’ai déjà dit mille fois, voilà quelques phrases provoquées par ce film.

« J’me fais un shot de 10 minutes de Gravity, 3 fois par jour. »
Georgeslechameau

« Explorer this is Houston. Mission abort  Repeat : mission abort »
Georgeslechameau – dans la douche, avec les jouets du fiston.

« Papa, quand je serais grand, je serais un Gravity »
Louis – 3 ans ; commente une photo de lui avec un casque de cosmonaute

2 – La vie d’Adèle

la-vie-d-adele

Une autre forme de grand huit sensoriel !
Ses actrices montrent un spectre de sentiments et d’émotions assez fou dans cette histoire d’amour qui provoque en nous les mêmes émotions qu’elles.
Une vraie leçon de mise en scène qui fait penser à du Spielberg, en termes de story-telling et de dosage du suspens. Tiens tiens, c’était qui le président du jury à Cannes cette année?

3 – Spring Breakers

spring-breakers-picture04

Un film surprenant qui déjoue l’enveloppe nichons Disney nichons pour proposer , avec ce rythme tellement électro – genre Burial ( dubstep atmosphérique / minimale envoûtante), une analyse de la jeunesse, ses aspirations, ses désillusions, sa déchéance.
Avec dedans aussi, 3 des plus dingues visions de Cinéma de cette année – le braquage du resto, Franco et ses gals, le point de non retour – du Britney Spears, et… bah plein de nichons.

4 – Before Midnight

maxresdefault

Troisième volet de la trilogie Before (une histoire d’amour en trois temps, à neuf ans d’intervalle en temps réel comme dans leur histoire)
Notre couple poursuit son chemin en redoublant d’interrogations sur sa raison d’être, le parcours accompli et son futur. La mise en scène de Linklater reste dans la succession de plans-séquence dans lesquelles le couple se confronte et évolue. Interprété avec précision et justesse comme d’habitude… un bonheur!

5 – Inside Llewyn Davis

Inside Llewyn Davis

Un chef d’oeuvre de plus pour les Coen avec ce film sur un musicien génial mais ignoré
Un Ouroboros dément parsemé d’impressionnantes saillies musicales et de rencontres fantastiques, un parcours anti-initiatique ou le héros n’apprend rien mais reste digne.

6 – A Touch of Sin

A-Touch-of-Sin-Stills-Da-Hai-Jiang-Wu-06-Copyright-Xstream-Pictures-Beijing

Jia Zhangke livre un essai politique et social, sur les violences qui ravagent son pays.
Soit 4 histoires au pouvoir suggestif vraiment puissant : le film met en avant des conflits à la fois intimes et sociaux très différents au sein de chaque histoire, émaillés d’éclairs de violence toujours inattendus dont le caractère bien graphique associé au rythme lent, provoque des émotions bien viscérales. Gé – nial.

7 – Django Unchained

Django-Unchained-Movie-Picture-07

The D is silent.
Tarantino, il se refait pas. Toujours la même formule, à base de références, d’auto-citations, de dialogues au top, de melting pot de tonalités d’acteurs… la différence est qu’ici, on est dans le jouissif. Tout est fait pour que nous kiffions. Le réalisateur se regarde donc un peu moins le nombril et pense plus à nous divertir qu’a prouver qu’il est le maître du recyclage. Soit en 2h45, une somme de tout ce qu’on aime dans son cinéma.

8 – L’inconnu du lac

L'inconnu du Lac
Film de genre, oui, mais pas du tout en même temps. Sous l’étiquette provoc’ gay, un fabuleux drame/polar/documentaire autour d’une relation amoureuse.

9 – La Fille du 14 Juillet

lafilledu14juillet_3

Un film complètement inattendu :
Une comédie vraiment foutraque et pourtant cohérente, où le burlesque se marie avec les réflexions mi poétique mi métaphysiques à la con, où les acteurs sont en roue libre, à l’image de dialogues absurdes et improvisés et d’une narration sans logique, où ça parle d’amour mais aussi de la Crise… Bref. Un film qui sent bon l’indépendance artistique mais qui reste accessible car ne se prend jamais au sérieux, LA surprise de l’année.

10 – Mud

Mud 04

Dans la lignée de Stand By Me : un voyage initiatique menant à l’age adulte, à la découverte du monde, à la prise de responsabilités à travers épreuves et rencontres. La sensibilité du réalisateur de Take Shelter donne vie et poids à ces histoires d’êtres qui se cherchent. Avec en plus l’immense Matthew McConaughey qui, depuis trois ans, devient incontournable (qui compose un personnage touchant et fragile se cachant sous une carapace de gros dur).

11 – Le Loup de Wall Street

le_loup_de_wall_street__c__t___coulisse_2131_north_780x_white

Un jouissif défilé de scènes complètement dingues qui toutefois fatigue vers la fin du film. Un réquisitoire de l’american way of life, fucking everyone. Des gangsters modernes autant ridicules que grandioses menés par un DiCaprio  au sommet et un Scorsese survitaminé. Avec en plus l’immense Matthew McConaughey qui, depuis trois ans, devient incontournable ( en 10 minutes, parvient à imprimer son aura sur l’ensemble du film)

12 – Shokuzai

shokuzai-3-610x343

L’histoire montre en cinq parties (d’une heure chacune : à la base, Shokuzai est une série divisée en 2 films pour le Cinéma), ce que deviennent 15 ans après, 4 petites filles témoins de l’enlèvement d’une cinquième. En parallèle du traumatisme et de ses conséquences, le film montre un aperçu de la condition de la femme dans le japon contemporain ; un aspect social renforcé par une ambiance parfois glauque, souvent étrange, toujours troublante. Ajouté à cela : une pointe de fantastique, un petit peu de whodunit, une ambiance stressante, et un final à contre courant.

13 – Snowpiercer

Snowpiercer


A la manière d’un jeu vidéo, Snowpiercer fait évoluer ses personnages dans plusieurs salles/épreuves successive, symbolisant plus ou moins subtilement une lutte des classes en temps d’apocalypse. Puis c’est aussi un bon film d’action avec des scènes bien stressantes et efficaces, et en même temps, une comédie un peu burlesque, bref c’est Boon Jong Ho.

14 – Upstream Color

Upstream-color

« On est pas obligé de comprendre pour aimer. Ce qu’il faut c’est rêver » disait Lynch, et cela définit bien ce film. Impossible d’en résumer l’histoire donc disons simplement que c’est genre une meuf qui rencontre un mec qui fait des expérience sur la psyche humaine, puis d’autres histoires en parallèle. Peu importe la compréhension du scénario, l’important est de ressentir. Shane Carruth maîtrise tous les aspects artistiques de son film et livre une expérience sensorielle unique, insondable mais envoûtante.

15 – The Croods

thecroodssneakpeek-11413

Depuis Toy Story 3, Pixar ne me convainc plus. Je me tourne du coup vers d’autres studios pour trouver mon compte.
The Croods, malgré sa direction artistique que JE trouve dégueulasse, propose une fraîcheur, un rythme, une inventivité dingues.
A partir de  l’intro du film (une hallucinante scène de chasse, à voir en 3D absolument ), plus aucun temps mort. L’humour désamorce tout sérieux. De folles idées de mise en scène illustrent le récit : une fuite en avant pour échapper à la fin du monde. La créativité prime sur l’émotion. Au final, un surprenant spectacle pas si gnangnan. Bravo Dreamworks.

Pas vus, mais probablement géniaux aussi : Rush, Mystery, La Bataille de Solferino, La Grande Bellezza, Tel Père, Tel Fils.

Merci à Bettyelms pour m’avoir malgré elle donné l’idée de faire ce top.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s