Hunger Games : L’Embrasement

CFhaymitch

Il est surprenant de découvrir cette nouvelle série de films (adaptés du bouquin éponyme) qui, tout en étant destinée à un public adolescent, propose un univers relativement mature, cruel et complexe.

Le film reprend l’exacte construction scénaristique du premier opus, c’est à dire : exposition assez longue quoique captivante (2/3 du métrage) des enjeux du film et du rôle prévu de chaque protagoniste, puis, vient l’explosion violente et rythmée que représente les Hunger Games, un boost d’adrénaline et de stress, une relance dynamique du film. Si ce choix fonctionne efficacement, il en résulte néanmoins une impression de déjà-vu qui laisse transparaître le manque d’ambition de son réalisateur (Francis Lawrence, ancien clippeur, ne s’est  jamais illustré au cinéma, autrement que par la force esthétique de ses films : I am Legend ou Constantine notamment)

On a aussi l’impression que les acteurs venus prêter leur image à la licence sont surtout présents pour  le chèque. Très peu d’implication émotionnelle, beaucoup de sur-jeu, la palme à Jennifer Lawrence, bonne actrice à ses débuts, de plus en plus fausse. Le film étant de plus destiné à un public pré-pubère, aucun dialogue ne vient rajouter un supplément d’âme ou de charisme à ces personnages…
Néanmoins, quelques bons choix de casting: Josh Hutcherson, philip Seymour Hoffman, Sam Claflin.
Le premier n’avait pas la tâche facile avec le rôle du personnage boulet. Il réussit tout de même à lui donner une gravité inédite grâce à l’intensité de son regard mélancolique.
Le deuxième, parvient lui aussi à imposer son charisme grâce à la sobriété de son jeu, en opposition à la superficialité et l’exubérance environnante.
S. Claflin, quant à lui insuffle énormément d’ambiguïté à son personnage – Finnick, sorte d’Apollon indestructible mais plus intelligent, fragile et tourmenté qu’il n’y paraît.

En s’attardant sur les détails, On peut très vite percevoir à travers les nombreuses incohérences et flous scénaristiques les limites de cette uchronie. Le manque d’originalité de cet univers est également très palpable. Il pioche dans Soleil Vert, Fahrenheit 451, 1984 , philip K Dick…  Ce mélange sci-fi-pop-teen-hollywood  a malgré tout compris comment s’adresser à un public jeune. Au delà des classiques émois ados, passage à l’age adulte à travers les épreuves, il y a une puissance suggestive intéressante.
Le film traite tout de même d’un univers où l’on tente de contenir la Masse et l’équilibre social par l’oppression, en divertissant par la cruauté (Les Hunger Games sont un mélange de télé-réalité et de Battle Royale, une évolution ultime de notre Télévision).
D’ou la cohérence entre choix du réalisateur, licence teen et sujet relativement politique, car tout passe par la représentation. l’univers esthétique est simple, mais parlant. Il fonctionne par oppositions binaires : l’oiseau de feu comme symbole du peuple – le président Snow, le contraste entre le rococo-kitsch bourgeois  et les guenilles de la pauvreté, aseptisation/rugosité etc.
Le show Hunger Games utilise également cette force illustrative pour maintenir l’action (la fumée, l’horloge).
Puis, une certaine violence très graphique permet à intervalles réguliers, à la fois de relancer le rythme et d’imprimer une gravité et une profondeur assez singulières dans ce type de production.

Au final Hunger Games : L’Embrasement est un film sans réelle personnalité qui réussit néanmoins à proposer un univers relativement mature et violent en utilisant une esthétique et une puissance visuelle salutaires.

Hunger Games : L’Embrasement : 7/10
BH : 7/10, BMS : 5/10,  EP: 7/10

Si tu as apprécié cet article, nul besoin d’Ulule ou de Kickstarter pour me soutenir. Un Like suffit!

 

Publicités

Une réponse à “Hunger Games : L’Embrasement

  1. Pingback: Index des films, par note | Les Films de Georgeslechameau·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s