Le Hobbit: La Désolation de Smaug

smaug (1)

J’aurais bien aimé pouvoir faire un résumé de l’histoire, mais j’en suis incapable. À chaud, me souvenir de ce qui s’est passé dans le premier épisode m’est très difficile.
Je crois que le but du voyage, c’était de rentrer dans la caverne d’un dragon pour lui voler un truc.
Je sais maintenant que ce truc est une pierre très importante qui permettra à un type, un nain précisément, de redevenir le roi d’un trou paumé.
Pourquoi Bilbo fait partie du voyage ? Gros blanc. Je ne sais plus.

C’est le premier écueil du film. Son manque d’enjeux.

Peter Jackson voulait revenir dans la Terre du Milieu mais le conte du Hobbit n’est qu’un récit d’aventures, tout juste bon à divertir. L’histoire du soir qu’on raconte aux gosses, qu’on apprécie vraiment sur le moment, mais qu’on oublie dès qu’on nous en raconte une autre.

Car dans « le Hobbit 2», point de monde à sauver, pas de guerres entre royaumes ni de personnages transcendés par des épreuves autant physiques que psychologiques, pas d’Anneau, quoi. Juste cette linéarité parsemée de moments spectaculaires, mais délébiles.

Les différents lieux et paysages du film, ont encore une fois ce coté déjà-vu très agaçant, que la musique d’ Howard Shore, tout de même le cinquième score à reprendre plus ou moins les mêmes thèmes, à tendance à renforcer.

Les personnages, malgré tous les maquillages, grimaces et/ou froncements appuyés de sourcils de leurs interprètes, n’arrivent jamais à convaincre d’une quelconque autorité:

Les Nains sont toujours interchangeables, quoiqu’on commence à retrouver qui sont le ROI et le BG de l’histoire.

Bilbo, bien que Martin Freeman soit très fort pour lui donner cet air de « je ne sais jamais ce que je fous ici », est un personnage très neutre ayant une importance toujours si peu définie.

Puis le dragon, Smaug, apparaît enfin, comme le ciment du récit. L’attente liée à son apparition lui confère un certain charisme, qui s’estompe malheureusement bien vite à cause de son temps de présence à l’écran, trop prononcé : j’ai vraiment eu l’impression qu’on tenait absolument à me prouver que la motion capture appliquée à un dragon était un autre concept révolutionnaire, suffisant à redonner de l’intérêt aux aventures de Bilbo et ses nains.

Ce n’est évidemment pas le cas.

Cela renforce plutôt l’impression d’étirement de l’histoire, diluant plus encore la déjà maigre affection portée à ces péripéties finalement bien trop quelconques.

Bref. Je vois plus d’opportunisme que de nouveauté. Tout est une question de tolérance à l’exploitation de la fibre nostalgique.

Le film est néanmoins, agréable à regarder.
Il y a d’abord un vrai plaisir à retrouver les personnages connus. Smeagollum dans le premier Hobbit, Legolas ici. Il y gagne d’ailleurs un supplément de charisme pas dégueu.

Par ailleurs, l’entremêlement des différentes histoires se fait via un montage très dynamique, qui n’autorise aucun temps mort :  Les moments de divertissement pur assurent franchement.
Comme dans le premier Hobbit encore, mais en plus nombreux et plus longs, les moments spectaculaires sont bien présents. Ces scènes d’actions associent une fluidité de montage/découpage à une maîtrise du suspens tout à fait spielbergienne.
Cela donne la scènes des araignées suivie par l’arrivée bien classe des elfes, le final avec Smaug, et surtout le climax du film ( au milieu), la très fun scène des tonneaux.
Celle-ci a été « subtilement » décrite par un certain critique américain, comme Donkey Kong-esque.
Je tempérerai en donnant ma propre définition de ces termes :
Ludique mais casual, à l’image du film.

Le Hobbit – La Désolation de Smaug 6/10
BH 4/10, BMS 8/10, EP 6/10

Si tu as apprécié cet article, nul besoin d’Ulule ou de Kickstarter pour me soutenir. Un Like suffit!

 

Publicités

2 réponses à “Le Hobbit: La Désolation de Smaug

  1. Pingback: Index des films, par note | Les Films de Georgeslechameau·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s